Des raisins au houblon

Thomas Carteron a déjà eu plusieurs vies. Ingénieur agricole de formation, c’est d’abord dans le raisin qu’il plonge tête baissée. À La Londe-Les-Maures, dans le Var, dans son domaine, il aime prendre soin de ses vignes et choyer ses raisins. Mais, ce qu’il adore par-dessus tout, c’est l’effervescence des vendanges, quand tous les potes débarquent pour donner un coup de sécateur. Après de longues journées courbés dans les vignes, place à la pause… canon ! Cet après-midi d’août 2008, tout bascule. Il fait chaud, très chaud même, le soleil cogne et les copains boiraient bien une bière… Pour Thomas, c’est le déclic fraîcheur : il sait faire du vin, pourquoi ne pas tenter la bière ! L’idée a germé, le vigneron s’est essayé au brassage, y a pris goût et, en 2013, la Brasserie Carteron a vu le jour à Saint-Tropez. Sa première bière artisanale sera naturellement « La Trop ». Amoureux de la vigne, Thomas ne sort pas des rangs pour autant, du moins au départ : pendant plusieurs années il jongle entre les raisins et les malts. En 2016, tout change : la petite brasserie a bien grandi et a besoin de plus d’espace. Thomas choisit alors Hyères pour installer son matériel professionnel et poursuivre le développement de « La Trop », sa marque phare. Fin 2017, la page viticole se tourne, Thomas se consacre 100 % à ses créations houblonnées.

Le clan Carteron

Aujourd’hui, ils sont 6 à faire tourner la boutique. “Je suis le chef des indiens mais toutes les décisions sont collégiales. Toutes les semaines, une rencontre autour du feu de camp (ou plutôt du fût de bière) réunit toutes l’équipe pour échanger : idées, problèmes, suggestions… tout y passe”. Un seul objectif : avancer ! Il faut que tout soit lancé ou résolu dans les 2 semaines qui suivent. Résultat, l’équipe est soudée et solidaire, prête à relever tous les défis et à emmener la brasserie au sommet. Ce n’est donc pas par hasard si la Brasserie Carteron est la plus récompensée de Provence !

Une brasserie engagée

Thomas est engagé, il l’a toujours été. Quand il était vigneron, son domaine était conduit en biodynamie. Avec sa brasserie, il va encore plus loin en se laissant guider au jour le jour par des valeurs sociétales et humaines. Ainsi, les fournisseurs sont sélectionnés localement (cartonnier, verrier, illustrateur, imprimeur…) ou en France (quelques houblons très spécifiques viennent des USA ou de Belgique), les drêches sont réutilisées par des maraîchers ou des domaines viticoles aux alentours et même le fournisseur d’électricité est vert ! La brasserie pense aussi à son empreinte carbone et compense avec un soutien à plusieurs ONG notamment à Madagascar ou au Pérou. Une vraie sensibilité aux enjeux environnementaux et sociétaux, on dit oui, oui et encore oui !

Trop fraîche, trop bonne, trop de choix !

Côté brassage, Brice a rejoint Thomas il y a quelques années. Ce duo d’ingénieurs aime la précision. Ensemble, ils élaborent des recettes justes, rigoureuses et complexes : 3 ou 4 malts et 3 ou 4 houblons travaillés dans chaque bière. Au total, 18 recettes composent la gamme dont 12 produites en permanence. Brice et Thomas se régalent à proposer régulièrement des éditions limitées dont eux seuls ont le secret. Chez Fan de Bières, on adore leurs recettes qui sentent bon les vacances. La Trop rosée, à base de jus et de tanins de raisin, est un véritable clin d’œil aux rosés de Provence, le premier amour de Thomas. La Trop 13 desserts fait bien sûr référence au nombre de desserts que l’on déguste traditionnellement à la veillée de noël en Provence. Ses notes de biscuit, de noix et de nougat sentent bon le sapin.... Quant à La Trop, elle se décline dans toutes les couleurs : blanche, blonde, ambrée, double IPA… mais aussi en bio : blanche bio, blonde bio

 

Retrouvez les bières artisanales de la Brasserie Carteron