C’est officiel, la bière ne se cantonne plus à l’apéro et passe même à table sans complexe. On vous explique comment réaliser vos accords mets bières sans accroc.

 L’accord parfait ou le bon accord ?

On va commencer par détendre l’atmosphère : l’accord parfait est un leurre. Rentrent dans la balance : les goûts, les expériences, les préférences voire même les humeurs de chacun ! En revanche, il existe quand même des grandes lignes qui peuvent vous servir de points de repères !

Dans cette recherche du bon accord mets et bières, on peut faire de nombreux parallèles avec le vin. Normal, les sommeliers bossent depuis longtemps sur le sujet. Pour commencer, on vous conseille de déterminer les saveurs du plat : plutôt sucré, salé, acide ? Ensuite, plusieurs options : on peut aller dans le sens du plat, jouer la carte de la complémentarité ou, on contraire, miser sur le caractère opposé. Cette dernière possibilité est souvent la plus audacieuse mais aussi la plus payante : la fusion des différentes saveurs du plat et des arômes de la bière peut vraiment faire son petit effet ! (D’ailleurs, pas mal de sommeliers dans de grands restos étoilés commencent à s'y frotter avec bonheur).

 Dans le sens du plat ? Easy !

Si vous débutez dans l’exercice, c’est sans doute la méthode la plus simple. L’idée est de trouver une bière qui fasse écho à votre plat. On cherche alors à identifier des saveurs similaires pour les accentuer. Concrètement, l’explosion d’agrumes et de fruits exotiques de l’IPA de la Blue Coast Brewing company trouvera son bonheur avec une salade de fruits litchi, mangue, fruits de la passion. Les notes caramel et vanillées de l’ambrée de Belenium accompagneront parfaitement une crème caramel maison. C’est clair pour vous ? Allez, un dernier pour la route : la Trop rosée de la Basserie Carteron aux parfums de fruits rouges fera honneur à un dessert à base de mûres et de groseilles.

 Dans la complémentarité du plat ? Ça se tente ! 

Pour ceux qui aiment l’équilibre, ce principe est pour vous. Ici, on se base sur les notions fondamentales des accords de saveurs en cuisine (ex : fruits rouges et chocolat, poisson et citron, poulet et curry, fraise et basilic…) puis, on cherche à faire la même chose en incluant les saveurs de la bière. En pratique, ça donne ça : la Riviera cherry (donc aux cerises pour les moins anglophones de l’assemblée) des Brasseurs de l’Esterel s’accordera parfaitement avec une mousse au chocolat noir. Ou encore ça : la Paluche cuvée blanche de la Brasserie Les 2 Ours et ses notes de citron avec un filet de poisson en papillote. Alors, on se lance ?

  A l’opposé du plat ? Yes we can !

Pour les plus téméraires, on se lance et on cherche le mariage qui décoiffe mais, surtout, qui révèlera des saveurs de votre plat ou de votre bière insoupçonnées ! On met généralement en œuvre ce principe pour atténuer un peu l’intensité d’un plat ou d’une bière. L’exemple le plus flagrant est l’huître avec l’Encre Noire de la Brasserie La Chavagn’. Cette oatmeal stout intense, onctueuse, aux notes de fèves de cacao résistera à merveille aux saveurs iodées de l’huître. Pour des plats très relevés voire carrément épicés, essayez la blonde légère de la Brasserie Saint Médard pour atténuer la chaleur. Alors, vous sentez l’âme d’un aventurier grandir en vous ?

 Dernière astuce : il est plus facile de choisir sa bière d’abord puis le plat ensuite. Et oui, la bière est un produit fini alors que le plat peut être réajusté au fur et à mesure de la recette pour accentuer telle ou telle saveur. 

Découvrez la sélection complète de bières artisanales françaises de Fan de Bières