Pas d’Oktoberfest cette année encore mais pas questions pour autant d’oublier les bières allemandes et cette bonne vieille loi de pureté allemande : la Reinheitsgebot !

 

Qui ne connaît pas l’Oktoberfest ?

Même pas besoin d’être un fan de bière pour connaître le fameux festival allemand tant son aura dépasse les frontières ! Organisé tous les ans (enfin presque…) à Munich, l’Oktoberfest célèbre la bière dans une gigantesque fête ponctuée de défilés, de fanfares et de grandes chopes de bière. A l’origine de cette désormais grande fiesta nationale, le mariage en 1810 du futur Louis Ier de Bavière et de la princesse Thérèse de Saxe-Hildburghausen. Pour célébrer leur union, ils décidèrent d’organiser un concours hippique (jusque-là tout va bien) et de convier tous les habitants de Munich à cette gigantesque sauterie. Il paraît que 50 000 personnes se sont retrouvées à trinquer à la santé des jeunes mariés et à l’union des peuples (comme quoi la bière, ça rapproche !). Depuis lors, chaque année (sauf celles des invasions, des guerres ou des pandémies), l’Oktoberfest rassemble des millions de passionnés du monde entier. Au programme : bières à gogo (7,5 millions de litres de bière sont descendus en moyenne chaque année) et épreuves sportives (ça peut paraître incompatible mais c’est comme ça !).

 

D’où vient le « Reinheitsgebot », la loi de la pureté allemande ?

Mais qui dit Oktoberfest dit aussi Reinheitsgebot ! Cette loi de la pureté allemande née il y a plus de 500 ans est sans doute le plus ancien texte officiel dédié à la protection du consommateur. Edicté en 1516 exactement par les 3 ducs de Bavière dont Guillaume VI de Bavière, le texte est plus complexe qu’il en a l’air. Premier objectif : éviter aux nombreux buveurs de bière de tomber malade en se délectant de leur breuvage préféré. Et oui à l’époque, la science avance mais elle n’a pas encore dévoilé tous ses secrets. La bière était généralement brassée avec des céréales et un “gruit”, un mélange de plantes aromatiques pour lui donner meilleur goût. Malheureusement, il arrivait que ces plantes se révèlent toxiques ou que des bactéries infectent le breuvage ! Il était donc urgent de faire quelque chose ! Deuxième objectif de cette loi : protéger le consommateur de l’inflation ! Le Reinheitsgebot encadre en effet les volumes et les prix. Grâce à cette règle stricte, il y a toujours des céréales disponibles, notamment pour les boulangers, ce qui ne les incite pas à augmenter leurs prix. Malins les ducs ! Troisième objectif et non des moindres, la loi de pureté allemande visait à protéger le savoir-faire allemand contre la concurrence étrangère en distinguant clairement la « vraie » bière de Bavière des autres boissons houblonnées.

 

La “vraie” bière de Bavière selon le Reinheitsgebot

Côté matières premières, recettes et process, la loi n’y va pas par quatre chemins ! Une bière peut revendiquer l’appellation “bière de Bavière” si elle est exclusivement produite à partir de 3 ingrédients : l’orge, le houblon et l’eau. Exit les traditionnelles bières aux fruits du nord du pays et tout autre coquetterie : la loi c’est la loi ! Au-delà, du côté strict, cette obligation a vocation à limiter tout risque d’empoisonnement ou d’infection puisque les propriétés aseptisantes et conservatrices du houblon ont déjà été démontrées quelques siècles plus tôt par l’érudite abbesse  Hildegarde de Bingen. A cette époque, on ne parlait pas encore de levure mais la loi sera bien sûr adaptée en fonction des avancées scientifiques. En dehors de cela, la loi de pureté allemande n’a quasiment pas évolué depuis un demi-millénaire !

 

Le « Reinheitsgebot », une loi toujours en vigueur ?

La réponse est oui ! Il y a fort à parier que le “Reinheitsgebot” est la plus ancienne loi concernant l’alimentation encore en vigueur. Cette loi dite de pureté allemande est en effet toujours respectée par de nombreuses brasseries allemandes et spécialement en Bavière. Mais rassurez-vous, les 150 variétés de houblons cultivés dans le monde, la diversité des malts, leurs torréfactions plus ou moins intenses et l’offre de levures disponibles laissent aujourd’hui un très grand champ d’actions aux brasseurs assidus. Ils ont de quoi se faire plaisir même si certains se sentent un peu coupés du mouvement craft beer. Côté consommateur, respecter scrupuleusement cette loi reste un gage de qualité pour pas mal d’entre eux. D'autant que seules les brasseries fidèles au Reinheitsgebot sont autorisées à participer au festival Oktoberfest…

 

 

Retrouvez la sélection complète de bières de Fan de Bières ici.