Qu’est-ce qu’une microbrasserie ?

Terme ultra tendance depuis quelques années, le mot microbrasserie s’invite régulièrement sur le zinc ! Mais que se cache réellement derrière ce mot « microbrasserie » ? Commençons par un peu d’histoire… Depuis une petite vingtaine d’années, les consommateurs sont de plus en plus nombreux à privilégier la qualité à la quantité et à faire la part belle aux circuits-courts. Autrement dit, ils veulent manger moins mais mieux… Au delà de l’assiette, ce précepte s’applique désormais au verre : plus question d’avaler n’importe quoi. ! Lassés des bières standardisées, des grandes marques et des brasseurs XXL, les consommateurs ont donc fait de l’œil aux « petits ». La brasserie artisanale a ainsi été relancée aux Etats-Unis et au Canada dès les années 70… Un engouement qui a depuis traversé l’Atlantique pour débarquer en Europe. En France, la première microbrasserie voit donc le jour en 1985. Depuis, leur développement n’a cessé de croître et s’est même nettement accéléré ses 10 dernières années pour atteindre aujourd’hui plus de 1 100 entités ! On en compte au moins 3 par département… Moralité, il y en a forcément une près de chez vous. Alors, plus qu’une tendance, c’est une véritable tradition qui s’installe. Le renouveau brassicole est en marche !

 

Plus qu’une microbrasserie, un microbrasseur (se) !

Derrière chaque microbrasserie (ou presque) se cache un amoureux ou une amoureuse de la bière. Alors, bien sûr, on a tout de suite en tête l’image de l’autodidacte qui brasse sa bière dans son garage ou dans sa cuisine. Pour bon nombre d’entre eux, ce mythe n’est généralement pas très éloigné de la réalité ! Mais, si cette aventure est souvent d’abord faite de bric et de broc, elle se développe et se professionnalise grâce aux solides compétences des brasseurs et à leur créativité. Et c’est là qu’ils font toute la différence : bien que les ingrédients de base (eau, malt, houblon et levures pour faire simple) soient les mêmes que ceux des brasseries industrielles, la différence réside dans les choix (généralement secrets !) de chaque brasseur.

Que retenir pour comprendre ce qu’est une microbrasserie ?

  • En général, les bières ne sont pas pasteurisées et la refermentation en bouteille est largement utilisée.
  • Les recettes sont locale, originales et démultiplient les goûts à l’infini !
  • On utilise un procédé traditionnel.
  • Les quantités produites sont minime par rapport à la production industrielle. Jean-Paul Hébert et Dany Griffon, professeurs à l’École Nationale Supérieure des Industries Agricoles et Alimentaires, chercheurs et passionnés de bières ont établi les repères suivants :
    • Microbrasserie : moins de 1 000 hl / an
    • Brasserie artisanale : entre 1 000 et 10 000 hl / an
    • Brasserie : entre 10 000 et 100 000 hl / an
    • Brasserie industrielle : plus de 100 000 hl / an
    • Les microbrasseurs privilégient les circuits courts : cafés, restaurants, épiceries, cavistes…
    • Les noms des microbrasseries et des bières sont souvent décalés, drôles voire carrément provoc !

 

Plongez au cœur de la sélection de « Fan de bières »