La bière n’a pas encore remplacé le vin pour accompagner tout un repas (bien qu’on vous démontre le contraire juste ici) mais elle commence à se faire une vraie place à table. On vous présente nos meilleures bières sur un plateau... de fromage !

 Fermentation et tradition monastique

Depuis leur origine, la bière et le fromage partagent un point commun : la fermentation. Ils sont d'ailleurs souvent considérés comme les produits fermentés les plus anciens connus à ce jour. Pour rappel, la fermentation est un processus naturel provoqué par des levures, des bactéries ou des moisissures qui transforment les glucides en acides, alcool ou gaz carbonique. Vachement pratique ! Et devinez qui a fait de ces deux produits une production ancestrale pour la consommation de ses occupants ? Les abbayes, les monastères et les couvents ! Hasard, coïncidence ? Surement pas mais ça, c’est une autre histoire.

 Quel fromage pour quelle bière ?

Pour trouver l’accord bières-fromages idéal, on vous conseille de partir du style de frometon :

-         Fromage à pâtes pressée cuite : Comté, Abondance, Beaufort… c’est surtout au temps d’affinage qu’il faut faire attention : plus le fromage aura passé du temps à vieillir en cave, plus il sera intense en goût. Un Comté de 6 mois s’entendra par exemple à merveille avec une Riviera Beer blonde des Brasseurs de l’Esterel caractérisée par la grande finesse de ses houblons. Et pour ceux qui s’attaqueraient à des meules ayant passé 2 à 3 ans en cave d’affinage, on fonce sur la Voluptueuse Stout de la Brasserie L’Imprévue.

 -         Fromage frais : ricotta, mozzarella, mascarpone… Ce sont les seuls fromages non affinés et ils peuvent être consommés dès leur production. A quoi faire attention ? A l’acidité ! Pour ne pas dénaturer la douceur de ces produits, on va par exemple se diriger vers la Blanche de la brasserie La Chavagn’ avec ses subtils arômes d’agrumes.

 -         Fromage à pâte persillée : Bleu d’Auvergne, Roquefort, Fourme d’Ambert…le paradis des amateurs de sensations fortes avec des saveurs complexes en veux-tu en voilà. Pour aller dans le sens du produit, on vous conseille la très goûtue double IPA de la Brasserie Carteron. Et pour les aventuriers en quête d’accord qui décoiffe, tentez la surprenante bière noire de la Brasserie du Kura de Bourgogne, une irish stout aux couleurs du Japon.

 -         Fromage à pâte molle à croûte lavée : maroilles, munster, soumaintrain… Ici, place aux odeurs puissantes et persistantes. Il faut bien une bière féroce pour tenir tête à un munster bien fait : la brune de la Brasserie des 2 Ours tiendra ce rôle à merveille. La Brutale IPA de la Brasserie Artisanale Arlésienne fort houblonnée à l’amertume assumée, elle, sera idéale pour affronter un maroilles digne de ce nom.

 -         Fromage à pâte molle à croûte fleurie : camembert, coulommiers, brie de Meaux, Brillat-Savarin… Une pâte onctueuse voire coulante et des saveurs qui peuvent être très prononcées ? La lager blonde Mia de la Brasserie Geslin, fraîche et fruitée, laissera toute la place aux arômes doux du Brillat-Savarin. De son côté, la Rambolitaine ambrée de la Brasserie de la Reine, fera preuve d’un caractère haut en couleur pour assurer face à un camembert qui claque !

 Comme toujours avec les accords, il n’y a pas de recette miracle : il faut tester et tester encore, se tromper, tenter, trouver et… recommencer ! L’idée est surtout de trouver le bon équilibre, celui qui ne dénaturera aucun produit mais qui au contraire, les sublimera.

  

Découvrez la sélection complète de bières artisanales françaises de Fan de Bières